Bonjour à tous, 

 

Petite présentation : 

     -Je m'appelle Joann, jeune femme de tout juste 30 ans .                                                  J' habite au Japon depuis presque un an et demi et je suis en couple avec un mon copain (Vietnamien) depuis à peu près un an( nous vivons également ensembles).

Nous nous entendons très bien, tout se passe à merveile et nous nous aimons bien-entendu.                                                                                                                                                    Il doit me présenter à sa famille au VIetnam dans quelques mois. Il leur à parlé de moi, ils sont à priori contents qu'il ait trouvé l'amour , ne sont pas réfractaires quant à notre couple mais sont inquiets ("où est-ce que vous allez vivre", "est-ce qu'elle poura travailler si vous venez au Vietnam" , "quelle langue parlera votre enfant"....)

Des questions qui j'avoue m'éffraient un peu, déjà parce que c'est un peu rapide et aussi parce que du coup je ne me sens pas acceptée.                                                                                Ne connaissant pas grand chose à la culture VIetnamienne je ne sais pas comment interpréter ça...

J'aurai voulu savoir si certains sont dans cette situation et éventuellement avoir quelques témoignages pour m'éclaircir un peu et éventuellement m'aider à affronter les prochaines épreuves.

Merci pour vos témoignages et conseils.

 

Bonne soirée à tous.

 

Joann.

 

Comments

Couple Franco-Vietnamien au Vietnam (rapports familiaux)

 Bonjour Joann,

Lors de la présentation à la famille de votre mari, restez naturellement vous même. Les questions qu'ils se posent sont tout à fait légitimes,et c'est à vous de les rassurer.

Pourquoi vous pensez qu'ils ne vont pas vous accepter, dans la mesure où ils ne vous connaissent pas encore. Il faut être logique leur appréhension vis à vis de vous est tout à fait normale.

Il faut penser à la différence culturelle , pour les deux parties, il faudra s'adapter, tout ne sera pas facile. Si la famille est de la ville ou de la campagne, l'approche sera différente, il y a tellement de paramètres à prendre en compte, rien n'est simple,mais avec de la bonne volonté, rien n'est impossible. 

Pour le logement, le travail, vous devez leur dire que vous ne serez pas à leur charge, que vous aurez votre logement indépendant et que vous avez de quoi subvenir vous mêmes à vos besoins.

Pour l'enfant , qu'il parlera une langue commune au couple, mais qu'il apprendra la langue vietnamienne dans le respect des traditions, ainsi que pour la religion.

Bon courage et bonne année du Coq,

Amicalement,

Trimpeun

Ma devise : La sagesse commence dans l’émerveillement. Socrate

Couple Franco-Vietnamien au Vietnam (rapports familiaux)

 Bonjour Joann,

Pour completer mon précedent post,

Ne faites pas la gaffe de vouloir embrasser la famille, au Vietnam ce n'est pas de coutume, la réaction risque de vous déplaire. Regardez ce qui se pratique,et suivez le mouvement.

Bien amicalement,

Trimpeun

 

Ma devise : La sagesse commence dans l’émerveillement. Socrate

 Trimpeun merci beauoup c'est

 Trimpeun merci beauoup c'est très gentil d'avoir pris le temps de me répondre.

Je prends en compte tous vos conseils qui me semblent très logique je n'envisageais d'ailleurs pas d'agir autrement que naturellement.Et pour ce qui est des embrassades aucun souci ce de côté là, ce n'est pas  de coutume ici au Japon non plus.

Nous vivons actuellement au Japon et chacun paye sa part de loyer nous travaillons tous les deux donc de ce côté là à priori pas de problème .Et nous n'envisageaons pas de quiter le Japon pour l'instant .

Celà dit nous ne sommes pas mariés , pas même fiancés et n'avons aucun bébé en cours c'est pour celà que les questions qu'ils se posent me surprennent.Mais celà fait peut-etre parti de leur culture...

 

Amicalement, 

 

Joann.

 

Ma devise : Lâche prise et danse, danse, danse...

Un peu de culture familiale vietnamienne

Bonjour,

Je vous fait part du peu que je connais ou comprends à travers mon expérience personnelle.

Dans la culture familiale vietnamienne, il y a traditionnellement une prépondérance du sexe masculin. Exemples :

+ Dans le mariage, la bru va vivre dans la famille du mari et devient un membre de la famille du mari

+ C'est l'enfant mâle aîné qui sera chargé plus tard de l'autel des ancêtres familial. D'où l'importance d'avoir un garçon (les filles étant destinées par essence à partir dans la famille de leur mari) qui, restant dans la famille pourra donc s'occuper des parents du mari plus tard (en plus des siens propres si elle n'a pas de frère).

+ Les Vietnamiens (au Vietnam) attachent une grande importance à l'horoscope traditionnel. Il faut donc déjà voir si le signe du futur mari et celui de la future mariée vont bien ensemble (pour cela il faut la date de naissance des futurs conjoints, qui est alors extrapolée vers la date de naissance selon le calendrier lunaire). Si, par malheur, les signes ne convenaient pas, cela pourrait causer des problèmes selon l'importance accordée dans la famille à l'horoscope traditionnel. Il y a également les problèmes d'origine socio-économique des futurs conjoints (sont-ils de même classe sociale ?), d'où le questionnement sur l'économie future du couple. Dans les couples vietnamiens, la femme travaille, s'occupe du ménage et des enfants. Dans les couples modernes, l'homme met parfois la main à la pâte. Mais dans les couples aisés économiquement, on cherchera probablement à louer de la main d'oeuvre ménagère (cuisine, course, ménage, etc.)

+ En général, les parents vietnamiens (en particulier les mères) attachent beaucoup d'importance au devenir familial et donc à la future femme de leur fils (ou mari de leur fille) et sont contents de les savoir "casés" (=avoir trouvé une âme soeur), plutôt que de voir leurs enfants sans issue familiale (il est évident que la vie en couple non marié est moins appréciée par les parents qu'une vie de couple marié). En général, les enfants vont aussi chercher la bénédiction de leurs parents pour leur choix conjugual. Si le couple se retrouve dans une situation où les parents de l'un des futur conjoints sont opposés au mariage, l'issue dépendra du "courage" du conjoint concerné à braver ou non l'opposition de ses parents. Autrement dit, de la force de l'amour qui lient les deux futurs conjoints.

+ Ceci dit, les Vietnamiens qui vivent et travaillent à l'étranger sont fréquemment à l'origine de couples mixtes. Dans l'ancien temps, les couples mixtes étaient assez mal jugés (perte de la lignée), mais je pense que cela a beaucoup changé et que les considérations économiques ont assez bousculé les traditions d'antan. Par exemple, un couple qui vit à l'étranger est considéré comme ayant une meilleure réussite (au sens d'une aura plus grande) qu'un couple vivant au Vietnam. D'où peut-être ce questionnement sur le travail si vous allez au Vietnam?

En gros, on ne peut jamais préjuger de l'avenir et beaucoup dépend du poids des traditions ancestrales dans les familles respectives (en l'occurrence de celle de votre conjoint). Enfin, si vous avez les bases d'une relation durable et solides, vous vous en sortirez certainement !

Cordialement

Quynh

 

 Bonsoir Quynh,    Merci pour

 Bonsoir Quynh, 

 

Merci pour votre réponse.

Effectivement les vietnamiens vivant à l'étranger , notamment les hommes ont l'air plus libres dans leurs choix (voilà probablement la raison pour laquelle il me dit de ne pas m'inquiéter car il prend ses propres décisions).

Nous verrons ce que l'avenir nous réserve.

 

Bien cordialement, 

 

Joann.

Ma devise : Lâche prise et danse, danse, danse...

 Bonsoir Quynh,    Merci pour

 Bonsoir Quynh, 

 

Merci pour votre réponse.

Effectivement les vietnamiens vivant à l'étranger , notamment les hommes ont l'air plus libres dans leurs choix (voilà probablement la raison pour laquelle il me dit de ne pas m'inquiéter car il prend ses propres décisions).

Nous verrons ce que l'avenir nous réserve.

 Joann.

Ma devise : Lâche prise et danse, danse, danse...

Quele langue pour les enfants?

Bosoir,

 

J'ai oublié de parler du problème de la langue des enfants dans un couple mixte.

En général, la mère s'occupant en moyenne davantage de l'enfant que le père, tout au moins dans la très tendre enfance, la langue de la mère aura un certain avantage (de fait, ne parle-t-on pas de la langue maternelle... ?).

Quand le couple est mixte et parle une langue commune (exemple dans votre cas cela pourrait être le français si votre conjoint connaît le français) ou l'anglais (langue étrangère de communication prépondérante), cela influencera certainement la langue de l'enfant. Il faut cependant également prendre en compte la langue du pays dans lequel votre famille va vire: cela peut être le Japon si vous y restez longtemps, cela peut être le VN si vous comptez vous installer au VN, cela pourrait être un autre pays.

Ceci pour dire que l'enfant aura trois, voire plus, sources d'influence linguistique: celle de la mère, celle du père, celle de la langue communément parlée dans le couple si ce n'est ni la langue maternelle de la mère et du père, et la langue du pays dans lequel la famille va vivre et où l'enfant ira à l'école.

La grande chance des enfants qui naissent dans un couple mixte vivant de surcroît à l'étranger est d'avoir la possibilité de maîtriser plusieurs langues, ce qui ne peut être que bien pour leur avenir !

Le souci des parents de votre conjoint peut sans doute concerner le risque que leur futur petit-enfant ne parle pas assez le vietnamien, ou que eux ne parlent pas assez bien une langue étrangère pour que le "courant passe" des grands-parents aux petits-enfants. Il faut se rassurer car il n'y a pas que des mots pour montrer une affection et qu'en plus l'apprentissage d'une langue découle d'une nécessité et/ou d'une envie. Donc avoir des grands parents vietnamiens peut être une forte motivation pour un enfant d'apprendre le vietnamien pour pouvoir parler avec ses grands-parents et, à un moindre degré peut-être, avec son père.

Cordialement

Quynh

La langue pour notre futur enfant

 Nous  n'envisageons pas encore d'avoir d'enfant mais c'est vrai que nous en avons parlé et après discussion  nous avons convenu qu'il serait peut-être plus judicieux que lui ne communique qu'en Vietnamien , moi uniquement en Français  avec notre futur enfant,.

Il apprendrait le Japonais à l'école et avec sa babysitter lorsque je reprendrai le travail.         J'ai beaucoup discuté avec des amis issus de parents mixtes et pour beaucoup celà à été la méthode employée et  même s'ils ont tous mis quelques années à bien dissocier les différents langages ils parlent aujourd'hui parfaitement tous plusieurs langages.

Je prends l'exemple d'une amie Japonaise/Russe née en Australie , elle parle parfaitement ces 3 langages même si elle ne pratique que très peu le Russe (ayant grandit en Australie et vivant aujourd'hui au Japon c'est compréhensible).

Je travaille également en tant que "tutrice" de Français pour une petite fille Japonaise de 1 an et demi à peine (et ceux depuis 1 an déjà) ,tous les jours je lui parle Français pendant environ 4h, elle à également un professeur d'anglais , de chinois et des babysitters Japonaises.Je pense que c'est une bonne expèrience pour  mon propre futur. 

Le cerveau d'un bébé est une éponge il absorbe tout , sans limites. Je le comprends aujourd'hui en voyant à quelle point cette petite fille est brillante pour son âge et très avancée. 

Je suis bien consciente que les parents de mon conjoint puissent être  préoccupés par la situation, mais si je dois m'adapter ils devront s'adapter aussi, comme le font mes parents. 

J'ai dis à mon conjoint que s'il veut que notre couple fonctionne à l'avenir , nous écouterons les conseils mais seront seuls maitres de nos décisions concernant notre couple et nos enfants.Il est du même avis que moi. J'ai préféré mettre ça au clair voyans la vitesse à laquelle vont les choses..Je pense qu'il vaut mieux etre clair dès le départ afin d'éviter les problèmes par la suite.

 

BIen cordialement, 

 

Joann.

Ma devise : Lâche prise et danse, danse, danse...
Nouveau Envoyer à un ami